Appel d’offres

ELABORATION D’UN MODULE DE FORMATION SUR LA TRANSITION ECOLOGIQUE ET SOCIALE & LE GENRE AU PROFIT DES ACTEURS DE L’INCLUSION FINANCIERE

          I. Contexte et justification de la mission

Le réseau MAIN (Microfinance African Institutions Network) est une Association internationale à but non lucratif créée en 1995 à Abidjan par l’initiative de plusieurs institutions possédant une longue expérience dans la microfinance et/ou la promotion des micro-entreprises en Afrique.

 

Au 30 Octobre 2022, le MAIN compte 120 membres dans 27 pays d’Afrique et d’Europe. Le MAIN regroupe en son sein des Institutions de Micro Finance (IMF), des réseaux nationaux, des ONG travaillant dans la microfinance, des coopératives, des banques, et des organismes « ressources » (universités, investisseurs sociaux).

 

Le MAIN intervient donc dans plusieurs pays dont le Togo. Cependant, il est à noter que les activités sont plus fréquentes dans les pays suivants : Togo, Ethiopie, RDC, Cameroun et Ouganda.

 

Le réseau MAIN a pour mission de contribuer au renforcement du rôle économique et social des Institutions Africaines de Microfinance par la mise en place d’un programme Africain de promotion et de consolidation de la Microfinance dans le processus de développement du continent.

 

Le MAIN intervient dans le domaine du renforcement des capacités opérationnelles des Institutions de Microfinance.

 

Pour atteindre les objectifs de renforcement de capacité des Institutions membres du MAIN, les activités s’articulent autour des axes suivants :

  •  La formation : renforcer les capacités internes des institutions de microfinance afin qu’elles puissent assurer leur pérennité et fournir à leur clientèle des produits et services adaptés. MAIN a développé des partenariats avec deux universités africaines et a créé des programmes spécifiques de formation diplômante pour la microfinance. De plus le MAIN organise des formations thématiques qui répondent aux besoins et aux défis des membres ou acteurs de la finance inclusive sur le continent africain.
  • La promotion de la Transparence : A travers cet outil, l’institution peut connaitre son niveau de transparence. L’index de transparence est calculé et intégré dans SPI41  à partir de plusieurs éléments et donne lieu à un résumé graphique et à un score de transparence.
  •  L’apprentissage par les pairs : par le biais des formations et des visites d’échange, MAIN donne une occasion unique aux praticiens de la microfinance de différents pays d’échanger sur les enjeux auxquels ils font face et les innovations qu’ils sont en train de mettre en œuvre.
  •  La communication : le MAIN facilite et promeut les échanges d’informations dans le secteur de la microfinance en éditant périodiquement une newsletter, en animant un site internet d’échanges, et en réalisant des publications.
  • La recherche et développement : analyser et publier les connaissances et expériences acquises avec notamment la réalisation d’études ou la production de matériel méthodologique

Depuis 2020, le MAIN est en train de mettre en œuvre un projet intitulé « La finance inclusive en Afrique face aux défis de la transition écologique et sociale : enjeux et renforcement des capacités des acteurs africains par une offre de formation innovante et adaptée ». Ce projet d’une durée de 3 ans  est  financé  par l’Agence  Française  de Développement  avec d’autres partenaires tels   que la Fondation Terre Solidaire, la SIDI, la Fondation ACTES et l’EsBanque et  vise à mobiliser les acteurs de la finance inclusive en Afrique sur les enjeux de la Transition Ecologique et Sociale (TES). Les trois résultats attendus du projet sont les suivants :

 

  • Les membres du MAIN améliorent la prise en compte des enjeux liés aux effets du changement climatique et à la promotion d’une Transition Ecologique et Sociale (TES) dans leur offre de produits et services. 
  • Pour pouvoir s’engager avec succès dans la TES, les praticiens/dirigeants et administrateurs des IMF du MAIN ont renforcé leurs compétences techniques et managériales, et maitrisent les nouveaux outils du secteur.
  • La visibilité (au Nord et au Sud) de la finance inclusive africaine, de sa contribution à l’atteinte des ODD et en faveur de la TES en Afrique est renforcée.

 

Ainsi dans son plan d’actions 2020 – 2023, il est prévu la promotion de la transition écologique et sociale qui constitue le fil conducteur de son plan stratégique.

 

Le changement climatique devient une réalité vécue qui menace de plus en plus l’humanité. Il est de plus en plus reconnu comme une crise mondiale. La spécificité des besoins et des rôles des femmes et des hommes fait qu’ils soient tous les deux exposés au changement climatique de façon différente et exige un traitement particulier pour chacun. Néanmoins, les réponses à ce fléau ont tendance à se concentrer sur des solutions scientifiques et économiques plutôt que de s’attaquer aux dimensions de genre qui sont extrêmement importantes.

 

A l’échelle globale, et notamment dans les pays en développement, les difficultés qu’ont les femmes pauvres pour accéder aux ressources, la restriction de leurs droits, la réduction de leur mobilité et de leur participation aux prises de décisions les rendent totalement vulnérables au changement climatique, qui accentue les différentes inégalités déjà existantes, y compris l’inégalité entre les genres.

 

L’intégration transversale de la dimension de genre ne vise pas à suivre un phénomène de mode dans un projet de renforcement des capacités. Il s’agit de contribuer à la création d’une justice sociale.

 

S’adapter au changement climatique, c’est réduire la vulnérabilité aux risques climatiques en cours et à venir. Cette vulnérabilité se détermine essentiellement en fonction de la capacité d’adaptation des individus. Un phénomène climatique spécifique, tel que la sécheresse, n’affecte pas de la même façon tous les membres d’une même communauté, voire d’une même famille, car certaines personnes ont une plus grande capacité à gérer une crise que d’autres. La répartition inéquitable des droits, des ressources et du pouvoir, de même que des normes et des règles culturelles répressives limite la capacité d’action de nombreuses personnes sur le changement climatique.

 

Au-delà d’être un effet de mode, la question de genre doit nous interpeller à tous les niveaux. C’est dans ce sens que les partenaires impliqués dans le projet ont voulu apporter une touche toute particulière à ce projet en développant un module de formation sur la transition écologique et sociale et le genre.

 

Ainsi   le MAIN voudrait solliciter l’expertise d’un.e consultant·e sur les questions de changement climatique, de transition écologique et genre. Cet expert sera mobilisé pour l’élaboration d’un module de formation relatif à cette thématique (TES & Genre) destiné aux acteurs africains de la microfinanc

(en particuliers les institutions membres du MAIN). Le croisement de ces problématiques (TES / Genre

/ finance inclusive) est très peu encore abordé par le secteur de la microfinance. Le module sera diffusé au sein du réseau MAIN et dans le secteur de la microfinance en Afrique pour sensibiliser les acteurs de l’inclusion financière sur la relation entre les deux thèmes et le rôle de la femme dans cette nouvelle révolution de changement climatique.

 

Le but de ce module de formation est de promouvoir au sein des IMF l’utilisation des démarches participatives pour mener des activités de recherche et de développement, socialement sensibles et soucieuses d’intégrer les considérations de genre sur le changement climatique dans les différents secteurs d’activité financés par la microfinance.

 

Il doit permettre d’aboutir à un cadre conceptuel d’analyse des disparités liées au sexe dans les différents secteurs d’activité ainsi que des outils pour collecter, analyser et mettre en commun les informations sexospécifiques sur les communautés, les ménages et les membres d’un ménage qui se trouvent confrontés aux évolutions du climat.

 

Il permet d’examiner également les types d’arrangements institutionnels et les méthodes de recherche-action qui peuvent contribuer à assurer un accès plus équitable aux avantages procurés par les interventions de renforcement de la résilience face au changement climatique.

 

En résumé, les objectifs du module de formation sont de :

 

  • Sensibiliser aux liens entre les questions socioéconomiques et de parité hommes-femmes qui existent dans le contexte du changement climatique
  • Développer la capacité à se servir des outils de recherche-action proposés
  • Aider à comprendre comment analyser les résultats des enquêtes de terrain
  •  Appliquer  les  connaissances  acquises  pour  promouvoir  au  sein  des  IMF  des  activités d’adaptation au changement climatique et d’atténuation de ses effets soucieuses de la parité hommes- femmes.

 

II–  Objectif de la mission

L’objectif général de la mission est d’élaborer un module de formation sur la transition écologique et sociale et le genre à destination  des institutions membres du MAIN.

 

III–  Résultats attendus

 

Au terme de la mission, les résultats suivants sont attendus :

 

    Elaborer un support de formation sur la transition écologique et sociale & genre adapté au secteur de la finance  inclusive africaine ;

    Former l’équipe de MAIN et animer une formation avec pour objectif de transférer des

compétences à l’équipe projet.

 

IV–   Profil du consultant

 

Le ou la consultant·e devra être une personne physique ayant le profil suivant :

 

1-   Être titulaire d’un diplôme universitaire de 3ieme cycle

2-   Justifier d’une bonne connaissance du secteur de la microfinance en Afrique

3-   Avoir une bonne connaissance des questions relatives à la transition écologique et sociale et au genre

4-   Avoir un bon sens d’analyse, d’objectivité de rigueur et de synthèse

5-   Avoir des compétences en élaboration de supports pédagogiques et une bonne capacité de communication et de rédaction

6-   Comprendre l’interdépendance entre microfinance, transition écologique et sociale et genre

 

V–  Description de la mission

 

La mission consistera pour le consultant d’élaborer un module de formation sur la transition écologique et sociale et le genre dans le contexte de la finance inclusive qui est une composante principale de développement des économies des pays africains. L’importance de cette finance inclusive n’est plus à démontrer car différents pays ont développé aujourd’hui leurs stratégies en matière d’inclusion financière. A partir des outils existants sur la problématique de la transition écologique et sociale et genre, le consultant proposera un module de formation dédié à cette thématique qui devra être utilisé lors des formations proposées par le MAIN.

 

VI–   Approche méthodologique

Le consultant devra décrire de façon détaillée dans son offre technique

  • La démarche méthodologique qu’il propose pour la mission
  • Travailler étroitement avec l’équipe du MAIN
  • Consulter ou référer déjà à ce qui existe sur le sujet.

 

VII–  Lieu et calendrier

Le consultant aura une durée maximale de 10 semaines pour finir le développement des modules. Il aura également pour mission de faciliter une formation ou plusieurs formations sur le module développé.

 

VIII–  Document à produire

Supports complets de formation sans prendre en compte la partie andragogique. Le support à développer devra couvrir un volume horaire de 72 heures de cours en présentiel.

 

IX–  Les offres

Offre technique

    Un curriculum vitae

   Grandes lignes du module à élaborer

   Note explicative sur la démarche dans l’élaboration du support de formation

   Justificatif de mission similaire (si possible)

 

Offre financière

L’offre financière devrait mentionner de façon détaillée les honoraires du consultant suivant le nombre de jours de mission. L’animation des formations ne doit pas être pris dans l’offre financière car cela constitue une autre mission à part. Toutefois la formation de l’équipe du MAIN doit être prise en compte dans l’offre financière.

Les offres doivent parvenir au MAIN en version numérique au plus tard le 01 Février 2023 avec la mention « MAIN – ELABORATION DE MODULES DE FORMATIONS SUR LA TRANSITION ECOLOGIQUE ET SOCIALE & LE GENRE » à l’adresse :

 

Email : main@mainnetwork.org

Pour toute information, veuillez contacter M. Mohamed ATTANDA, email : m.attanda@mainnetwork.org

Télécharger le TdR