Category: Actualités

FORMATION SUR LA TRANSITION ECOLOGIQUE ET SOCIALE (TES)

FORMATION SUR LA TRANSITION ECOLOGIQUE ET SOCIALE (TES)

Dans le cadre de son programme de renforcement des capacités,  le réseau MAIN organise en collaboration avec l’APSFD du Togo une formation sur « la Transition écologique et sociale ».

L’Afrique fait face à de nouveaux enjeux tels que ceux liés aux effets du changement climatique alors même que de nombreux défis restent encore à résoudre pour atteindre les Objectifs de Développement Durable (ODD).  Face à ce  contexte, le défi pour les Institutions de Microfinance (IMF) africaines est non seulement de continuer à proposer des produits et services accessibles et qui répondent aux besoins de leur clientèle, mais également de le faire dans des conditions durables de viabilité institutionnelle, économique et environnementale

Les IMF africaines sont peu mobilisées sur les enjeux de transit. Elles se doivent de prendre une part active aux processus de transition écologique et sociale en particulier en développant une microfinance verte en capacité de soutenir le développement d’une agriculture durable, de l’économie circulaire, des énergies renouvelables, etc.

L’inclusion financière occupe une place de choix pour la réalisation de certains ODD car elle permet de soutenir la croissance économique globale et la réalisation d’objectifs de développement plus larges. De plus, la microfinance étant en constante évolution, il est indispensable de continuer à  professionnaliser le secteur tout en veillant au développement d’une finance inclusive responsable et solidaire.

Objectifs de la formation :

La formation a pour objectif général de :

  • Sensibiliser les décideurs des IMF à mieux comprendre l’effet du changement climatique sur leurs activités et celles de leurs clients

De façon plus spécifique, cette formation permettra de :

  • Renforcer les capacités des décideurs des IMF à intégrer la notion de TES dans leurs modes de fonctionnement
  • Améliorer la pratique de gestion des risques des clients en prenant en compte la TES dans les critères d’analyse
  • Fournir des outils de décision améliorées en gestion de crédit, sensibles à la TES
  • Augmenter la visibilité des IMF en pratiquant la TES

Résultats attendus :

A l’issue de la formation, les participants :

  • comprennent ce qu’est la TES, son utilité et les avantages de son utilisation pour leurs IMF et leurs clients
  • connaissent les principaux éléments de la TES
  • sont capables d’intégrer la TES dans leurs réflexes de gestion de risques et de promotion de services non financiers
  • sont capables d’appliquer les outils relatifs à la TES pour mener une stratégie plus appropriée, mesurer leurs vulnérabilités et impacts environnements négatifs de leurs institutions
  • sont capables de sensibiliser leurs pairs pour intégrer la TES dans leurs modes de fonctionnement.

Cible de la formation :

La formation cible les personnes responsables des IMF comme : Membres du Conseil d’Administration maitrisant le métier de la microfinance, Directeurs généraux, Directeurs centraux, Responsables opérationnels, Gestionnaires de portefeuille, Contrôleurs internes, auditeurs ou Inspecteurs.

Durée et lieu de formation

La formation se déroulera du 23 au 25 Mars 2022 à Lomé.

Contenu de la Formation :

Les thèmes suivants seront abordés au cours de la formation:

  • Définition et intérêt de la TES :
  • Pourquoi la TES
  • C’est quoi la TES
  • Relation entre transition sociale et transition écologique
  • Besoins et opportunités en TES
  • Les différentes facettes de la TES
  • La TES et la stratégie environnementale des IMF
  • Evaluation et gestion des vulnérabilités
  • Evaluation et gestion des impacts environnementaux négatifs directs et indirects
  • Les produits et services des IMF
  • Les différents types de crédits verts pour financer l’agriculture durable, la biodiversité, l’énergie, l’économie circulaire, l’eau et l’assainissement,
  • Les services non financiers sensibles à la TES
  • La TES et les différentes préoccupations des IMF comme la performance sociale et environnementale, la micro-assurance, les ODD, le genre.

Dispositions pratiques pour les membres de MAIN :

  1. Nous vous prions d’organiser vous-même votre déplacement sur Lomé. Les frais relatifs à vos billets d’avion vous seront remboursés par le MAIN par virement bancaire sur présentation de justificatifs (souche de billet, facture du billet, carte d’embarquement, coordonnées bancaires de l’institution).
  2. Le MAIN remboursera le billet d’avion pour un montant maximum de 550 USD. Au-delà de ce montant l’institution supporte (paye) la différence.
  3. Le remboursement des frais relatifs au billet d’avion pour les internationaux est soumis à la présentation obligatoire de toutes les pièces justificatives (souche du billet d’avion, facture originale si le MAIN doit rembourser le montant total, photocopie de la facture si remboursement partiel, cartes d’embarquement).
  4. Le MAIN couvrira entièrement vos frais d’hébergement et de Restauration.
  5. Les frais d’inscription à votre charge sont de 200 000 FCFA à payer à l’inscription au MAIN pour les nationaux membres du MAIN, 300 000 FCFA pour les nationaux & internationaux non membre de MAIN et 450 000 FCFA pour les internationaux membres de MAIN.
  6. Date limite des inscriptions : 23 Février 2022. Prière envoyer votre fiche d’inscription à main@mainnetwork.org avec copie à mally@mainnetwork.org

Le nombre de places étant limité, ce qui signifie que seuls seront retenus les candidats qui s’inscriront avant la date limite.

NB :

  • Vous serez pris en charge par le MAIN à partir du 22 Mars au 26 Mars 2022 exclu (check-out time de l’hôtel 11h). Tous ceux qui arriveront avant ou partiront après se prendront eux-mêmes en charge pour les jours supplémentaires.
  • Seules les candidatures des membres en règle par rapport aux cotisations annuelles seront retenues.

Télécharger la fiche d’inscription ici

Dans l’attente de vous accueillir toutes et tous à Lomé, nous vous prions de recevoir, nos cordiales salutations.

Direction Exécutive

PRENEZ EN MAIN L’AVENIR DE VOTRE IMF AVEC MICROVISION

PRENEZ EN MAIN L’AVENIR DE VOTRE IMF AVEC MICROVISION 

Cher membre,

Dans le cadre de ses activités de renforcement des capacités des cadres et des acteurs de la finance inclusive, le MAIN (Microfinance African Institutions Network) organise au Togo une formation sous régionale sur « Prenez en main l’avenir de votre IMF avec Microvision». 

La formation se déroulera du 16 au 18 Février 2022, à Lomé au Togo. 

Microfact, une initiative commune de ADA et BRS, est devenue avec les années une référence dans l’offre d’outils et l’organisation d’ateliers pratiques pour les managers et consultants dans l’évaluation de la performance financière et sociale. En lançant l’outil Microvision, ADA et BRS ont pour objectif de renforcer les capacités des IMF pour élaborer des plans d’affaires et de modéliser les projections financières et sociales

Cette formation est adressée aux dirigeants ou cadres des IMF souhaitant renforcer leurs capacités pour une utilisation autonome de l’outil Microvision.

OBJECTIFS DE L’ATELIER

L’objectif de l’atelier est d’assurer une maitrise suffisante de Microvision par les IMF pour une utilisation autonome de l’outil après l’atelier, et plus spécifiquement être capable de :

  • Décrire et comprendre les six étapes d’utilisation de Microvision
  • Elaborer les projections financières et sociales dans Microvision
  • Analyser les résultats obtenus 
  • Développer des scénarios différents dans Microvision

CONTENU DE L’ATELIER ET METHODOLOGIE 

Contenu

L’atelier de trois jours inclut :

Journée 1 : Découvrir Microvision

– Découvrir les fonctionnalités principales de Microvision

– Comprendre les principaux onglets de l’outil (saisie des données, projections, résultats et scénarios)

– Pratiquer Microvision : Import de la MFI Factsheet et paramétrage des produits de prêts de l’IMF

Journée 2 & 3 : Développer vos propres projections avec Microvision

Le deuxième et le troisième jour de l’atelier, les participants travaillent sur les projections de leur propre institution, en utilisant ses données réelles. En bénéficiant d’une assistance personnalisée de la part des formateurs, ils doivent élaborer leur scénario de base, savoir l’analyser et l’expliquer.

Les formateurs s’engagent à respecter les clauses de confidentialité des données des IMF avant, pendant et après l’atelier.

Méthodologie

Au moins deux semaines avant l’atelier, les formateurs doivent recevoir les documents suivants de la part des IMF qui désirent participer à l’atelier :

  • La MFI Factsheet remplie avec les données des trois derniers exercices
  • Le fichier excel « Microvision_travail préparatoire » permettant de collecter l’ensemble des données nécessaires pour utiliser Microvision

Les formateurs vérifieront la cohérence des données reçues et pourront revenir auprès de l’IMF pour obtenir des informations complémentaires si nécessaire. Ce travail préparatoire, tant au niveau de l’IMF que du formateur, est le facteur clé de la réussite de l’atelier. La soumission des deux fichiers dûment complétés par l’IMF est donc OBLIGATOIRE pour participer à l’atelier. 

PUBLIC CIBLE et PRE-REQUIS

Nombre de participants

20 participants maximum 

Profil des participants

Cet atelier s’adresse à un personnel cadre des IMF ayant une connaissance et une expérience préalable dans l’élaboration de plan d’affaires. Les positions particulièrement ciblées sont les directeurs d’IMF, les directeurs financiers, les directeurs des opérations

Une bonne connaissance des opérations de l’IMF, de ses orientations stratégiques et une bonne compréhension des ratios financiers sont nécessaires.

Critères de sélection

La sélection des participants est cruciale pour le succès de cet atelier, les critères retenus sont : 

–  Poste/Fonction au sein de l’institution correspondant au profil ciblé,

– Bonne connaissance de l’historique et du mode de fonctionnement de l’IMF,

– Capacité à développer des orientations stratégiques,

– Bonne connaissance et utilisation de la MFI Factsheet,

– Bonne compréhension des indicateurs clés de performance/ratios financiers

– Soumission des deux fichiers excel « MFI Factsheet » et « Microvision_travail préparatoire » dûment remplis 

Dispositions pratiques pour les membres de MAIN : 
1. Nous vous prions d’organiser vous-même votre déplacement sur Lomé. Les frais relatifs à vos billets d’avion vous seront remboursés par le MAIN par virement bancaire sur présentation de justificatifs (souche de billet, facture du billet, carte d’embarquement, coordonnées bancaires de l’institution).

2. Le MAIN remboursera le billet d’avion pour un montant maximum de 550 USD. Au-delà de ce montant l’institution supporte (paye) la différence.  

3. Le remboursement des frais relatifs au billet d’avion est soumis à la présentation obligatoire de toutes les pièces justificatives (souche du billet d’avion, facture originale si le MAIN doit rembourser le montant total, photocopie de la facture si remboursement partiel, carte d’embarquement). 

4. Le MAIN couvrira entièrement vos frais d’hébergement et de Restauration.

5. Les frais d’inscription à votre charge sont de 200 000 FCFA à payer à l’inscription au MAIN pour les nationaux membres du MAIN, 300 000 FCFA pour les nationaux non membre de MAIN et 450 000 FCFA pour les internationaux membres de MAIN. 

6. Date limite des inscriptions : 28 Janvier 2022. Prière envoyer votre fiche d’inscription à main@mainnetwork.org avec copie à k.mally@mainnetwork.org 

Le nombre de places étant limité, ce qui signifie que seuls seront retenus les candidats qui s’inscriront avant la date limite.  

NB : 

1.      Vous serez pris en charge par le MAIN à partir du 15 au 19 Février 2022 (check-out time de l’hôtel 11h). Tous ceux qui arriveront avant ou partiront après se prendront eux-mêmes en charge pour les jours supplémentaires. 

2.      Seules les candidatures des membres en règle vis-à vis du MAIN seront retenues.

Dans l’attente de vous accueillir toutes et tous à Lomé, nous vous prions de recevoir, nos cordiales salutations.

Télécharger la fiche d’inscription ici

Direction Exécutive

Newsletter – Mai 2021

ÉCONOMIES ET RESILIENCE CLIMATIQUE

Un examen des réussites et des défis de la programmation actuelle

Les programmes de développement visent de plus en plus à soutenir les populations déjà touchées par les impacts du changement climatique par le biais d’une variété d’interventions visant à renforcer la résilience climatique. Les programmes axés sur le financement inclusif conçoivent également des interventions pour atteindre les résultats en matière de développement, et au sein de ces programmes, il y a des discussions considérables sur la façon dont les économies peuvent contribuer à la résilience de façon plus générale.

Cet examen des connaissances donne un aperçu de l’ensemble de la littérature actuelle et donne des exemples illustrant des programmes et des activités conçus pour accroître la résilience climatique grâce à l’utilisation de composantes d’épargne. L’examen met particulièrement l’accent sur les réussites et les défis liés au renforcement de la résilience climatique, dans trois dimensions : la préparation aux catastrophes, l’intervention et l’adaptation au changement climatique.

Pour plus d’info

CATALYSER L’UTILISATION DU COMPTE BANCAIRE DES FEMMES PAR LE BIAIS DE COVID-19 RELIEF

Leçons tirées de l’Inde sur l’exploitation des transferts gouvernementaux pour stimuler l’inclusion financière des femmes

En mars 2020, alors que la pandémie covid-19 se propageait dans le monde entier, le gouvernement indien a entrepris l’une de ses plus importantes initiatives de secours à ce jour. D’avril à juin 2020, les clientes du programme d’inclusion financière du gouvernement, Pradhan Mantri Jan Dhan Yojana (PMJDY), ont reçu un transfert en espèces de 500 INR (~ 6,85 $) par mois. L’initiative visait à atténuer les pertes potentielles de revenus dues à la pandémie et à renforcer la sécurité financière globale des femmes et de leurs ménages.

Les transferts gouvernementaux directs aux femmes bénéficiaires peuvent contribuer de manière significative à l’inclusion financière des femmes en augmentant l’accès et l’utilisation des services financiers. Pour voir si cela se produisait en Inde, Women’s World Banking s’est associée à une banque du secteur public de premier plan en Inde pour évaluer l’effet des paiements d’allégement COVID-19 sur l’activité du compte d’environ 318 000 clientes pendant le confinement. Dans ce blog, nous réfléchissons aux principales conclusions de notre étude et proposons des solutions qui pourraient aider à renforcer la résilience financière des clientes au milieu d’une pandémie mondiale.

Pour plus d’info

LA MICROFINANCE EN AFRIQUE DE L’EST – SYSTÈMES POUR LES FEMMES DANS LE SECTEUR DU CAFÉ

Le secteur du café a le potentiel de contribuer fortement à la lutte contre la pauvreté en Afrique de l’Est, mais le développement du secteur est entravé par un manque d’épargne et de crédit. En outre, l’accès des femmes aux services financiers est encore plus restreinte que celle des hommes, et la plupart des femmes dans les zones rurales continuent à mettre leur argent dans des cachettes secrètes, et d’emprunter de l’argent chez les commerçants, les grossistes d’intrants agricoles ou agro-vétérinaires. La microfinance en Afrique de l’Est – Systèmes pour les femmes dans le secteur du café a pour but de donner un aperçu du paysage de l’épargne et de crédit en ce qui concerne les femmes engagées dans la production et la transformation du café, notamment en Ouganda et au Kenya. Il explique les raisons de la couverture limitée de la microfinance pour les femmes actives dans le secteur, et offre des suggestions pour l’augmenter. Il offre également un aperçu simple de qui-est-qui dans la microfinance en Afrique de l’Est, avec les services destinés aux femmes et le secteur du café.

Pour plus d’info

Le MAIN va devenir le Réseau champion de la transparence en 2021

Fruit de la fusion MAIN-AMT survenue lors de  la Semaine Africaine de Microfinance 2017, le « Projet de promotion et de développement de la transparence dans le secteur de la microfinance en Afrique » suit son cours. La transparence est une valeur essentielle qui a encore du chemin à parcourir dans le secteur de la microfinance africaine. Pour gagner la confiance des investisseurs, des clients et financer le développement de leurs activités, les institutions de microfinance (IMF) doivent mettre en place des politiques de transparence détaillant leurs performances financières, sociales et les informations fournies aux clients.

Après deux Formations de Formateurs (FdF)  en transparence en 2019, des coachings personnalisés en éducation financière, des formations sur l’analyse des performances financières et sociales, l’année 2020 a été celle du début de la mise en pratique des actions de la transparence dans les IMF africaines. Aussi en 2020, le Pacte de Transparence a été proposé et signé par les institutions membres désireuses de s’engager envers plus de transparence dans leurs pratiques, avec à la clé la collecte, l’analyse et la publication de leurs données financières et sociales sur ATLAS. Fin 2020, le MAIN a organisé en ligne un atelier de capitalisation du projet Transparence pour présenter les activités menées et les résultats atteints et partager les principaux enseignements avec la soixantaine  de membres qui ont participé à l’atelier.

Quarante-cinq (45) institutions, soit 47% des institutions de microfinance membres, ont signé le Pacte de Transparence dont quarante (40) institutions francophones et cinq (5) anglophones. Le Pacte propose deux options de publication des données financières et sociales, une nominative (option 1) et une autre anonyme (option 2). Trente (30) institutions, dont vingt-huit (28) francophones et deux (2) anglophones, ont choisi l’option 1 et quinze (15) institutions, dont douze (12) francophones et trois (3) anglophones, ont choisi l’option 2 ; soit 67% des signataires du Pacte ont choisi de publier leurs données de façon nominative et 33% ont choisi de rester anonymes.

Sur les quarante-cinq (45) institutions signataires du Pacte de Transparence, vingt et sept vingt-sept (27) ont transmis leurs Factsheets de l’année 2019 au MAIN, soit 60% des institutions signataires du Pacte. Sur ces vingt-sept (27), on compte vingt (20) institutions dont dix-huit (18) francophones et deux (2) anglophones pour l’option 1. Les sept (7) institutions qui ont opté pour l’option 2 sont exclusivement francophones. Cet effort que vous avez fait a été très fortement apprécié comme il se doit par la direction exécutive du MAIN.

Les MAIN Transparency Awards ont été créés pour récompenser les institutions qui respectent les bonnes pratiques de transparence. Lors de l’atelier de capitalisation, le MAIN a procédé à la remise des Awards pour les vingt et une (21) institutions ayant tenu leurs engagements et partagé leurs données sociales et financières. Trois (3) de ces dernières ont reçu la récompense « Gold » consistant en un clip vidéo mettant en valeur leurs efforts en matière de transparence. Treize (13) autres ont reçu la récompense « Bronze » et cinq (5) la récompense « Silver ».

C’est le lieu d’exhorter les membres du réseau signataires de la charte de transparence à partager leur Factsheet de l’année dernière (2020) avec le MAIN au cours de cette année 2021, et d’inviter les autres membres du réseau, toute catégorie confondue, à s’inscrire dans cette dynamique. Le MAIN veut devenir un centre de compétence en matière de transparence qui informe sur les standards internationaux et diffuse les bonnes pratiques.

Cela passe par une mobilisation de tous les membres du réseau car votre adhésion à la transparence sera une victoire pour le secteur et pour les acteurs de la microfinance en Afrique. N’hésitez pas à consulter notre page dédiée https://www.mainnetwork.org/programme-transparence/ et nous contacter pour connaitre les prochaines actions en transparence.

Bienvenue sur le site de MAIN

MAIN (Microfinance African Institutions Network) est une association internationale à but non lucratif créée en 1995 par l’initiative de plusieurs institutions possédant une longue expérience dans la microfinance et /ou dans la promotion des micro entreprises en Afrique.

Au 31 décembre 2021, MAIN a organisé 12 conférences internationales, 39 sessions de programmes universitaires,  76 sessions de formations thématiques, 12 visites d’échange. Au total 3 905 praticiens de microfinance ont été formés par le MAIN. De plus, 10 publications ont été produites par le MAIN.